Le Grand Prix suisse de littérature 2024 décerné à Klaus Merz

par | 19 Fév 2024 | Culture

L’Office fédéral de la culture (OFC) décerne à l’œuvre de l’Argovien Klaus Merz la plus haute distinction littéraire de Suisse. La Zurichoise Dorothea Trottenberg reçoit le prix spécial de la traduction.

 

Le Grand Prix suisse de littérature 2024 décerné à Klaus Merz

Klaus Merz est né en 1945 et a grandi à Menziken, dans le canton d’Argovie. Après avoir suivi des études pour devenir enseignant dans le secondaire, il a travaillé comme professeur de langue et de culture à l’École suisse de construction d’Aarau. Depuis plusieurs années, il vit à Unterkulm et travaille comme écrivain indépendant.

Le travail de l’auteur est un entrelacement d’introspection et de condensation linguistique. Il exprime une voix littéraire discrète, mais en même temps incisive et autoritaire, dont l’écho se propage bien au-delà des frontières nationales. En plus d’un demi-siècle de carrière littéraire, commencée en 1967 avec le volume de poèmes Mit gesammelter Blindheit, Klaus Merz a construit une œuvre multiforme qui comprend de la poésie, de la prose (nouvelles, novellas, courts romans et essais), des pièces de théâtre, des pièces radiophoniques et des livres pour enfants.

Ses œuvres ont été publiées en sept volumes. L’œuvre ne cesse de s’enrichir et Klaus Merz aborde, par exemple, les rouages d’une entreprise du Plateau suisse(Signature, 2019) ou les traces de la mémoire(Noch Licht im Haus, 2023). Les archives de Klaus Merz sont déposées aux Archives littéraires suisses (ALS).

 

Prix spécial de la traduction 2024 à Dorothea Trottenberg

Née en 1957, Dorothea Trottenberg est l’une des traductrices indépendantes les plus productives de Suisse alémanique. Bibliothécaire de formation, elle a étudié la slavistique à Cologne et à Leningrad (Saint-Pétersbourg) et traduit aujourd’hui des auteurs russes classiques et contemporains. Parallèlement à cette activité, il travaille comme référent spécialisé en slavistique et en études est-européennes à la bibliothèque de l’université de Bâle.

Dorothea Trottenberg brille par la grande variété des registres linguistiques qu’elle maîtrise, ce qui lui permet de passer des grands romans classiques de Gogol, Tourgueniev, Tchekhov ou Tolstoï aux récits contemporains d’Elena Čižova et de Maria Rybakov, de la prose expérimentale de Sigizmund Krzhizhanovsky (Der Club der Buchstabenmörder, 2015 ; Münchhausens Rückkehr2018) à l’éloquence incisive des textes d’Andrej Gelasimov (DurstSuhrkamp, 2011).

Depuis 2005, elle se consacre à la traduction allemande des œuvres complètes d’Ivan Bunin, dont les dix premiers volumes ont déjà été publiés et la placent à juste titre parmi les excellences contemporaines de la traduction russe. En 2012, le Fonds allemand de littérature (Deutscher Literaturfonds) lui a décerné le prix Paul Celan, la plus prestigieuse récompense pour la traduction vers l’allemand.

 

Prix littéraires suisses

Outre le Grand Prix suisse de littérature et le Prix spécial de traduction, le jury fédéral a également décerné les Prix suisses de littérature pour des ouvrages publiés en 2023 à :

  • Bessora (*1968, vit en région parisienne), Vous, les ancêtres, Paris, JC Lattès
  • Jérémie Gindre (*1978, vit à Genève), Tombola, Genève, Zoé
  • Judith Keller (*1985, vit à Zurich), Wilde Manöver, München, Luchterhand
  • Dominic Oppliger (*1983, vit à Zurich), Giftland, Luzern, Der gesunde Menschenversand
  • Claudia Quadri (*1965, vit à Lugano), Enfance et bestiaire, Bellinzona, Casagrande
  • Ed Wige (*1984, vit à Lausanne), Milch Lait Latte Mleko, Lausanne, Paulette éditrice
  • Ivna Žic (* 1986, vit à Zurich), Wahrscheinliche Herkünfte, Berlin, Matthes & Seitz

 

L’Office fédéral de la culture (OFC) décerne chaque année les Prix suisses de littérature. Le Grand Prix suisse de littérature distingue un auteur pour l’ensemble de son œuvre. Le Prix spécial de la médiation et le Prix spécial de la traduction sont décernés tous les deux ans.

Chacune de ces distinctions a une valeur de 40 000 francs suisses. D’autres prix, d’une valeur de 25 000 CHF, sont attribués sur la base d’un concours auquel sont admises les œuvres publiées au cours de l’année précédente. À partir du 15 février, de nouveaux épisodes du podcast des Prix littéraires suisses seront publiés chaque mois, présentant les lauréats par le biais d’interviews. Leurs travaux seront également présentés lors des Journées littéraires de Soleure.

Remise des prix suisses de littérature : vendredi 10 mai 2024, lors des Journées littéraires de Soleure.