Numérisation du monde du travail: opportunités et risques pour les personnes handicapées

par | 27 Mar 2024 | Travail

L’évolution technologique recèle toute une série d’opportunités et de risques pour les personnes handicapées. Lors de sa séance du 27 mars 2024, le Conseil fédéral a adopté un rapport présentant les conséquences de la numérisation sur l’emploi des personnes handicapées et les pistes pour relever les défis qui en découlent.

 

Les mutations technologiques et économiques comportent une série d’opportunités et de risques spécifiques pour les personnes handicapées. Ces opportunités et ces risques sont toutefois répartis de manière inégale.

Ainsi, les progrès technologiques devraient profiter en particulier aux personnes qui ont de bonnes qualifications professionnelles, qui sont capables d’utiliser les nouvelles technologies d’assistance et qui sont soutenues par leur entourage.

À l’inverse, les personnes en fin de carrière, dont le parcours professionnel présente des lacunes ou des interruptions ou qui disposent de compétences de base limitées et de qualifications insuffisantes devraient avoir plus de mal à se maintenir sur le marché du travail.

C’est ce qui ressort du rapport adopté par le Conseil fédéral en réponse au postulat 16.4169 Bruderer Wyss « Environnement de travail inclusif à l’ère de la numérisation ».

Instaurer des conditions favorables

Pour surmonter au mieux ces défis, il est essentiel de mettre en place des conditions permettant de supprimer les obstacles et de favoriser l’inclusion professionnelle des personnes handicapées. Il est prioritaire à cet effet de pouvoir compter sur un système de formation perméable et accessible.

Concrètement, il s’agit de garantir l’accès à la formation professionnelle initiale et continue et aux structures qui permettent et favorisent l’apprentissage tout au long de la vie. Il est également important que les personnes handicapées reçoivent le soutien technique et personnel dont elles ont besoin pour exploiter et développer leurs capacités.

Quant aux employeurs, ils doivent assumer leur responsabilité sociale et économique et permettre aux personnes handicapées de participer aux progrès de la numérisation. Ils parviendront à valoriser de manière optimale le potentiel de ces personnes, à condition d’encourager une culture d’entreprise inclusive, de créer des conditions de travail flexibles et adaptables sur mesure et de mettre en place un environnement informatique accessible.

Miser sur les structures existantes

Le Conseil fédéral estime que les structures existantes et les démarches en cours sont suffisantes pour favoriser l’intégration professionnelle des personnes handicapées et répondre aux défis futurs, raison pour laquelle il renonce à prendre des mesures supplémentaires.

Parmi les travaux en cours, il faut citer le message FRI 2025-2028 ainsi que la politique du handicap 2023-2026 et la révision partielle de la loi sur l’égalité pour les handicapés qui l’accompagne.